Quitter la prostitution, des portes où cogner

Les conditions de vie souvent déplorables des prostituées poussent plusieurs organismes à s’occuper de leurs besoins primaires : dormir, manger, se protéger. Mais au-delà des nécessités immédiates, existe-t-il une porte de sortie pour les femmes qui désireraient abandonner la prostitution?

Survivante. C’est le mot que Stella Roy* utilise pour se décrire. Elle a commencé à danser dans un bar érotique à 14 ans. Après plus d’une décennie dans la rue et presque trois dans l’industrie du sexe, alors qu’elle pesait à peine 34 kilos (75 livres), elle a décidé d’essayer de vivre autrement. « Étranglée et laissée pour morte », comme elle le raconte, l’évidence d’une mort imminente la pousse à quitter le milieu. C’était il y a 13 ans. Et depuis, elle s’est souvent sentie seule au monde.

Pour lire la suite sur le webzine La Gazette des femmeshttp://bit.ly/quitter-prostitution

Avec les photos de Valérian Mazataud (tous droits réservés)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s