Se recycler en triant les déchets

Dans les rues de Buenos Aires, les recycleurs urbains font partie du paysage nocturne. La moitié de ces 8 000 trieurs de déchets, qu’on appelle cartoneros, sont des femmes. Et si constituer l’un des derniers maillons de la chaîne de consommation reste pour elles un moyen de survivre, elles reprennent du contrôle sur leur vie depuis qu’elles ont participé à améliorer leurs conditions de travail. 

L’humidité collante de la capitale argentine s’alourdit quand Marisa Aguilera commence à ouvrir les sacs-poubelle au bas des immeubles dmarisa_cartonerae la rue Jeronimo Salguero. Leur contenu craque et grince, mais ne déborde pas, puisqu’elle le pousse habilement vers le haut en pressant sur les bords. D’un geste assuré, routinier, ses mains récoltent carton, plastique et verre que la recycleuse triera dans son petit appartement. Puis revendra pour des miettes. La nuit est tombée depuis deux heures, mais un uniforme à bandes fluorescentes rend Marisa visible pour les automobilistes qui frôlent son chariot.

Lisez la suite de cet article dans La Gazette des femmes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s